2010 - 2020 CES CHAMPIONS DE FRANCE QUI ONT GRANDI - 5

Et une, et deux, et trois mé-dailles ! Le bel été de Célia...

Pour Célia qu’est ce qu’un cavalier qui compte ?

C’est un cavalier qui compte sur sa famille ! Parce que mine de rien il faut que les parents payent mais pas que financièrement,  de leur personne aussi . Il faut suivre tous les concours, être là,  faire les trajets hiver comme été, dans toutes les conditions climatiques ; partir tôt, se coucher tard sur leur week-end de repos, consoler… Et bien sûr compter sur son poney car sans lui on est pas grand-chose.

Vous souvenez vous de juillet 2010 ?

Oui et en même temps c’est assez flou quand j'y repense. C’est comme un rêve… Comme si ça ne s’était pas vraiment passé… Je ne me rends pas bien compte, même maintenant !!  Je suis arrivée avec mes 2 poneys : Frivole Van de Meidorn, la ponette de ma vie, régulière dans le travail. Je l’ai débourrée ! Alors on se connait bien ! Et puis Pilou. Il est plus jeune, on a pas la même relation mais je sais que c’est ma dernière année poney alors j’ai décidé d’en profiter au maximum. Je suis très stressée de nature, mais j’ai confiance à 100% dans mes poneys. Je suis engagée avec Frivole dans la Ponam Excellence, avec Pilou dans la Poney Cadet Junior et avec Hostile pour le Carrousel de mon centre équestre.

Il y a quoi dans la tête de cette ado avant d’entrer en piste pour la finale ?

Pour le libre en musique avec Frivole, je suis la dernière à passer. J’étais en tête à la technique depuis le premier jour sur toutes les épreuves, et si je me loupe, forcément je perds la 1ère place. Voilà que je fais une faute dans ma choré ! Bon je l’ai vite rattrapée, ça ne s’est pas beaucoup vu mais je me suis fait engueuler à la sortie… Le juge donnant les notes ½ heure après le passage., je suis rentrée au box pour m’occuper de Frivole. Ma famille et mes petites sœurs attendaient les résultats à la carrière, et moi je faisais les soins à Frivole avec quelques amis. J’apprends que je suis Championne de France, je suis heureuse, je pleure…  Mais c’est assez confus dans ma tête… Mes souvenirs se superposent avec ceux de Pilou.  Ma finale avec lui c’est pourtant quelques jours plus tard... Avec Pilou je suis déjà 1ère au provisoire.J’attaque en sachant que je suis Championne de France avec Frivole, moralement ça aide ! Je passe en dernier pour le libre en musique. Au paddock ma coach me dit « cette fois tu ne te gourres pas sur ta reprise ! » Et ça s’est fait tout seul ! Je termine ma reprise et je cours faire le déroulement du Carrousel. J’ai eu les résultats de Pilou au moment de me mettre en selle… Du coup, je vole ! Je ne suis plus là, j’y crois pas…. Je sors du Carrousel pour me remettre sur Pilou car il y a la remise des prix. J’apprends alors qu’on est Championnes de France au Carrousel !! Double émotion !! Je rechange de poney et j’enchaine l’autre remise des prix.

Vous gardez quoi de cette remise des prix ?

La Marseillaise. C’est très émouvant. Je me revois avec mes poneys… Avec Frivole j’avais déjà gagné un titre en 2008 donc j’avais déjà eu la sensation. Elle qui est très sage d’habitude, était exécrable, elle ne tenait plus en place ; elle voulait son tour d’honneur ! Tout le monde pleurait. Avec Pilou, c’était son premier Lamotte. Lui qui fait des bêtises en général,  était très sage, comme s’il avait fait ça toute sa vie. Pour le Carrousel c’est un peu plus rock car on est 8 par équipe… C’est plus folklo ! Mais je suis avec mes deux petites sœurs dans l’équipe.  Je regarde mes parents et je pleure. En résumé, cette semaine de juillet 2010 j’ai beaucoup pleuré !!

Le après se gère comment ?

Champagne, câlins et bisous !! Je suis heureuse et mal à l’aise en même temps pour tous ces gens qui n’ont pas de résultats.. . Je n’arrive pas à me réjouir à 100%.... Je suis de nature réservée alors tout ça n'est pas simple… Sur un plan personnel, ces 3 médailles m’ont donné plus de confiance et c’était aussi une manière de remercier mes parents et mes petites sœurs. Au retour de ce bel été, j’ai continué avec Frivole. Ca s’est plutôt bien passé… J’ai fait des épreuves chevaux avec ma ponette ! J’ai été 8ème à Lamotte au Championnat des propriétaires en Amateur 3 l’année suivante et puis je suis passée à cheval avec Sacramento.

Avez-vous hésité dans le choix de votre parcours scolaire ?

Au début je voulais être véto, sauf que le conseiller d’orientation m’a dégoutée. J’ai passé un Bac S et mon BPGEPS, et j’ai mis Frivole à la retraite en 2012. J’ai toujours su que je voulais être avec les animaux mais je me suis rendue compte que ce qui m’importe c’est leur bien-être. J’aime être à cheval toute la journée mais je veux surtout leur apporter du confort et du soulagement.  Alors j’ai fait une école d’ostéopathe animalier.

Vous faites quoi maintenant ?

Je suis installée, auto-entrepreneur ostéopathe animalier et je continue à monter. Avant le Covid, je voulais reprendre les concours mais ca sera l'année prochaine !  Je donne aussi des cours, et je monte des chevaux mais pour mes clients fidèles. Ceux qui posent des questions, qui allient travail du cheval et bien-être, ceux qui ont une vraie mentalité, avec qui on peut partager.

L’équitation a-t-elle  eu un impact sur l’adulte que vous êtes aujourd’hui ?

Oui parce que j'avais 2 ans quand j’ai commencé. J’ai toujours vécu sur un cheval, avec d’autres animaux tout autour.  Quand ils ne sont pas là, il me manque une partie de moi. L’ostéopathie animale donne une vision globale, une vision du corps sans passer par les médicaments. C’est une nature-école, une école nature. C’est tout moi quoi… !

Ferez-vous faire de l’équitation à vous enfants ?

Oui s’ils le désirent, mais ca viendra tout seul, je le sais.  Comme j’aimerais avoir mes chevaux à la maison, mes enfants auront la fibre animale ; ça sera naturel pour eux comme ça l'est pour moi.  Mon objectif, le notre avec mon compagnon, est une ferme à nous, avec nos animaux et une maison auto-suffisante. Parce qu’une écurie, c’est énormément de contraintes et bien difficile d’y avoir une vie de famille. ©

CL - Crédits photos : collection personnelle Célia Beauvilain

29-08-2020